GALERIE NICOLAS FOURNERY

Figure représentant un perroquet peint dans les émaux de la famille verte sur le biscuit en porcelaine de Chine d’époque Kangxi

Naturalistiquement moulé en deux parties, perché sur un rocher percé, et aux ailes repliées. Sa tête est légèrement tournée vers la droite et le bec est ouvert. Le corps est décoré de deux nuances d’émail vert, les yeux sont crayonnés de noir, tandis que les griffes et le bec sont laissés dans le biscuit. Des traces de vermillon sont visibles sur le bec. La base creuse en rocaille est peinte en «oeuf et épinards».

Origine :
Chine
Époque :
Kangxi (1662-1722)
Matière :
Porcelaine
Taille :
17 cm
Référence :
C507
Statut :
vendu

Oeuvres en rapport

Un perroquet très similaire (avec une base jaune)a été publié par Jorge Welsh dans Biscuit: Refined Chinese Famille Verte Wares, Jorge Welsh Books, London and Lisbon, October, 2012, no. 54.

Un autre perroquet est conservé dans la collection Marie Vergottis (Lausanne) et publié par J. Ayers dans La collection de porcelaines chinoises de Marie Vergottis, 2005, p. 95, no. 72.

Quelques figures de perroquets famille verte sont aussi illustrés par  J. Ayers dans Chinese Works of Art in the Collection of Her Majesty the Queen, London, 2016, vol. I, no. 540-541.

Parmi les premiers exemples de perroquets figurent ceux montés en bronze doré au sein de candélabres et installés dans les châteaux royaux européens comme le château de Versailles. Des exemplaires se trouvaient aussi dans la salle de porcelaine de Charlottenburg, ou dans l’inventaire de la collection de Dresde d’August le Fort en 1700.

D’autres figures conservés au Peabody Essex Museum sont aussi illustrés par William Sargent dans The Copeland Collection: Chinese and Japanese Ceramic Figures, 1991, no. 37/38. 

Notice

En Chine, les perroquets se trouvent à l’état sauvage dans les provinces plus chaudes du sud. D’autres oiseaux du même genre tels que les aras, les cacatoès et les perruches, ont été importés et gardés en cage en Chine pendant des milliers d’années. Sous la dynastie Tang (618-907), des oiseaux exotiques ont été amenés à la cour impériale d’Indochine et d’Indonésie. L’empereur Xuanzong a adopté un perroquet parlant comme animal de compagnie et l’empereur Taizong a commandé une rhapsodie à écrire sur son propre perroquet précieux.

Ils ont fasciné les Européens, car les oiseaux exotiques eux-mêmes ont été introduits comme animaux domestiques au cours du XVe siècle et au début du XVIe siècle, curiosités vivantes acquises au cours des explorations de l’Asie et de l’Amérique. Les perroquets étaient très admirés pour leur plumage coloré, leur art du mimétisme et leur longévité. Les perroquets étaient représentés dans les natures mortes du XVIIe siècle, avec des porcelaines bleues sous glaçure et des fruits exotiques de Chine et d’autres ports.

Pendant le règne de Kangxi (1662-1722), les perroquets représentés dans différentes couleurs de porcelaine étaient populaires en Occident en raison de leur apparence vibrante et exotique. Au XVIIIe siècle, le goût pour les perroquets a été davantage encouragé par la mode des orientalistes exotiques, alors que les perroquets vivants étaient également populaires. Des modèles de petits perroquets ont été trouvés dans l’épave du VOC Oosterland qui a coulé en 1697.

Accueil sur rendez-vous à Paris dans le 10ème arrondissement.
nf@galerienicolasfournery.fr / +33 (0)6 26 57 59 87

Si vous souhaitez être prévenu parmi les premiers de nos nouveaux objets, communiquez-nous votre email